L’histoire de l’euthanasie

14 décembre 2014

Qu'est ce que l'euthanasie

L’histoire du mot euthanasie a manifestement suivi l’évolution des mentalités. Au niveau philosophique notamment, on remarque, qu’il a, dès son apparition recouvré des sens très différents et parfois opposés : le suicide aussi bien que la mise à mort.

Dans la Grèce et la Rome antiques, il est permis dans certaines circonstances d’aider un individu à mourir. Par exemple, le philosophe Plutarque rapporte qu’à Sparte l’infanticide est pratiqué sur les enfants qui manquent de santé et de vigueur. De plus, Socrate comme Platon, approuvent certaines formes d’euthanasies : « On laissera mourir ceux dont le corps est mal constitué ». L’euthanasie volontaire pour les personnes âgées est donc une coutume approuvée dans plusieurs civilisations de l’Antiquité.

Plus tard, au Moyen Âge, les chrétiens se préoccupent plus de la façon de mourir dans la perspective du salut de l’âme. C’est ainsi que paraissent des traités comme le célèbre Ars moriendi (l’art du décès, l’art du bien mourir). Ils encouragent à se préparer spirituellement au passage vers l’au-delà. La crainte n’est pas d’entrer en agonie, mais de ne pas avoir la possibilité de vivre cette étape « de transition ». C’est ainsi que les chants et les prières des saints vont implorer cette mort : « De la mort subite et imprévue, délivrez-nous, Seigneur ».

Au XIXe siècle, le sens « d’euthanasie » change sous l’influence de l’eugénisme et des génocides. Elle parait tout d’abord comme l’élimination « douce » de populations « indésirables », puis comme l’élimination de ces populations sans la préoccupation d’une « bonne mort ». Elle intègre ainsi l’ensemble des moyens envisagés par les eugénistes pour empêcher ou limiter l’existence de ces populations : stérilisation et avortement forcés, enfermement, déportation, séparation des sexes.

Le point culminant de ces pratiques d’euthanasie est le programme Aktion T4 qui eu lieu durant le Troisième Reich. Le programme ne visait pas à adoucir la mort ni à épargner les souffrances, et ses victimes n’avaient rien demandé.

Après la Seconde Guerre mondiale, le mot est principalement connoté négativement. Ce n’est que dans les années 1970, dans le cadre de la lutte contre l’acharnement thérapeutique, que l’on revient à un emploi plus proche de son sens initial.

À propos de laquestiondeleuthanasie

Voir tous les articles de laquestiondeleuthanasie

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Almasophro |
TAI CHI CHUAN asso' Ba... |
Myblepharo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Yoga, selon l'enseigne...
| Shivayoga
| TPE : l'effet placebo